Septembre 1914

De Wiki Centenaire de la Grande Guerre

1er septembre 1914 - Nos blessés à Auray

1914 09 01 blesses1.jpg
1914 09 01 blesses2.jpg
Nos blessés à Auray
Hier nous avons reçu exactement 80 blessés dont trois seulement sont dans un état alarmant. Il y avait 2 sergents, un clairon, et 77 simples soldats. Plusieurs avaient apporté des dépouilles prises à l'ennemi : 2 casques pointues, une énorme pipe en porcelaine, des ceinturons. Les blessés appartenaient à des régiments divers : le 118e de Quimper, le 19e de la légion de Brest, le 65e et deux soldats du 116e. 200 blessés ont été le même jour hospitalisés à Saint-Anne.
Ces pauvres blessés nous sont arrivés bien déprimés. Leurs pansements n'avaient pu être renouvelés depuis plusieurs jours. Ils avaient chaud, soif et faim. Ils n'avaient que du pain rassis et n'avaient pu trouver en cours de route ni à boire, ni un peu de beurre. Aussi arrivés à Auray ils ont été déposés dans une salle d'attente où se trouvait un buffet bien garni. Ils ont bu du cidre, se qu'ils réclamaient tant, du porto, du malaga. Ils ont été réconfortés avant de monter en voiture. L'un deux demandait s'il aurait pu dormir dans un lit, un vrai lit.. avoir des chaussettes fraîches, du linge frais. Quand on lui en a donné l'assurance, sa figure s'épanouit et bien vite il en fit part à ses voisins avec une joie d'enfant.
Ce matin j'ai vu que tous sauf 2 des plus souffrant, ont parfaitement dormi pendant toute la nuit. Le Jeudi et le Dimanche de midi à 2 heures toutes les personnes qui le désireront seront admises à visiter les blessés. Une dépêche nous annonce que 50 blessés et 200 belges qui nous sont destinés sont en route. Pendant 48 heures les belges seront placés chez les habitants avec des billets de logement. Ensuite on les partagera entre les communes du canton, où les exilés pourront trouver à s'occuper. Ceux qui nous resteront seront logés dans les différentes maisons inoccupées d'Auray et chez les particuliers qui ont en déjà demandé..

2 septembre 1914

1914 09 02 blesses.jpg Cette Nuit à 0h24 un train nous a amené 50 nouveaux blessés. Ce sont tous presque des Turcos et quelques Sénégalais. Ils sont, dit-on bien blessés. On dû porter d'entre eux à bras d'hommes sur ces civières - autos et voitures, et surtout curieux ou personnes sympathiques ne manquaient pas "

4 septembre 1914

1914 09 04 gardecivique.jpg

5 septembre 1914

Les indésirables

1914 09 05 indesirables1.jpg Sont arrivés aussi dans la matinée 640 indésirables qui sous la surveillance de soldats armés ont été conduits à la caserne. Cette colonie comprend des hommes, des jeunes gens, des femmes, des enfants de l'Allemagne, de l'Autriche, et de Hongrie au nombre de 640 que la rapidité de la mobilisation et la suppression totale des trains de voyageurs, dès le 1 août a empêché de rejoindre leur pays. En qualité d'étrangers appartenant à des nations ennemis, ils ont été arrêtés et internés pour les empêcher de nuire et répondre à leur ordre d'appel. Ils sont sur la paille... à la caserne d'Auray car le détachement en quittant Auray n'y a rien laissé

Les réfugiés

1914 09 05 refugies.jpg A Auray les trains déversent dans toutes les gares de Bretagne des foules de réfugiés qui fuient devant la horde sanguinaire - toute la journée des étrangers cherchent à Auray des appartements à louer, et comme ils sont partis précipitamment sans pouvoir emporter ni linge ni vêtements, ils envahissent les magasins pour s'y procurer ce dont ils ont besoin et qu'ils ne peuvent guère trouver, les magasins se trouvant presque dégarnis. On en dirige quelques uns sur les communes voisines où ils trouvent à louer villas et maisons de campagne. Des foules vont du côté de Quiberon prendre des bains de mer en une villégiature inespérée... et forcée - Saint-Pierre - Plouharmel - Carnac, La Trinité sont envahis."

15 Septembre 1914

  • "Mardi à 10 heures du matin sont arrivés en Gare d'Auray, 11 prisonniers allemands capturés par les français. Ils ont été dirigés vers Belle-Isle-en-Mer par le train de Quiberon"

29 septembre 1914

1914 09 29 chomeurs.jpg




Sources

  • AD du Morbihan - Le Courrier des campagnes du 20 septembre 1914